Le chateau de Lormoy  

Gastro-entérologie

spacer

> Kyste

Description

Un kyste pancréatique rétentionnel est une collection de liquide riche en sucs pancréatiques au sein de la glande. On le distingue des pseudo-kystes ou « faux kystes » pancréatiques qui sont des collections de sang et de débris de nécrose bordés par des organes voisins du pancréas.
Un kyste ou un pseudo-kyste peut comprimer des organes ou des vaisseaux sanguins voisins du pancréas, se rompre, s’infecter ou saigner. Un pseudo-kyste peut parfois se résorber tout seul.

Causes

Un kyste rétentionnel est une complication d’une pancréatite chronique, dont l’étiologie principale est l’alcoolisme. Il se forme en amont d’un obstacle sur les canaux pancréatiques, comme un calcul ou une sténose. On peut le confondre avec une tumeur kystique du pancréas (10% des formations kystiques pancréatiques).
Un pseudo-kyste est une complication d’une pancréatite aigue, ou d’une poussée aigue lors d’une pancréatite chronique. Un kyste pancréatique peut aussi être congénital et s’intégrer dans une maladie polykystique.

Symptômes

Un kyste pancréatique est symptomatique en cas de complication (compression d’organe, infection, hémorragie, rupture de kyste). Les symptômes sont donc variables (ictère, douleur abdominale, fièvre, ascite…).

Examens complémentaires

L’échographie et le scanner abdominal font aisément le diagnostic de kyste ou de pseudo-kyste pancréatique.
L’écho-endoscopie est utile pour distinguer un kyste d’une tumeur kystique.
La cholangio-pancréaticographie rétrograde endoscopique permet d’affirmer s’il existe une communication entre le kyste et les canaux pancréatiques.
Enfin une ponction du kyste est effectuée en cas de suspicion de surinfection ou pour faire le diagnostic positif de tumeur kystique.

Traitement

Le traitement est variable en fonction du type de kyste et de sa localisation.
Un pseudo-kyste non compliqué justifie une surveillance de 4 à 6 semaines avant d’envisager un traitement.
Un kyste pancréatique nécessite une ponction-aspiration avec éventuellement mise en place d’un drain pour évacuer le liquide à travers la peau (drainage percutané).
Un traitement endoscopique, voire chirurgical, visant à évacuer le liquide du kyste dans un organe digestif (estomac, duodénum, jéjunum) est parfois justifié.

Dernière mise à jour le 15/10/2010

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices