Le chateau de Lormoy  

Gastro-entérologie

spacer

> Prurit anal

Description

C’est une démangeaison au niveau de l’anus entrainant le besoin impérieux de se gratter. C’est le symptôme le plus fréquent des affections dermatologiques de l’anus. Il est plus fréquent chez les hommes.

Causes

Elles sont nombreuses, d’origine proctologique (oxyurose, fistule anale, hémorroïde interne procidente, fissure anale, condylomes, incontinence anale…), dermatologique (psoriasis, lichen plan, lichen scléro-atrophique, eczéma, infections bactériennes, mycoses, allergie médicamenteuse…), générales (diarrhée chronique, diabète…) ou psychologique (prurit psychogène).
Le prurit anal est favorisé par une humidité chronique de cette région (transpiration, suintements…). Le grattage en lui-même entretient le prurit par l’apparition secondaire de lésions de grattage, d’une eczématisation ou d’une lichénification de la peau à l’origine d’un cercle vicieux. Ainsi un patient peut souffrir d’un prurit anal chronique alors que la cause initiale a disparue.

Symptômes

Outre la démangeaison, ceux sont les symptômes causés par la cause du prurit. Le diagnostic nécessite un interrogatoire et un examen clinique local et général minutieux.

Examens complémentaires

Ils sont parfois inutiles. En fonction de l’orientation clinique, on pourra effectuer un bilan biologique sanguin, un scotch-test (recherche au microscope d’œuf d’oxyures sur un scotch préalablement appliqué sur l’anus), une coproculture, une analyse parasitologique des selles, une endoscopie digestive, une biopsie cutanée…

Traitement

C’est avant tout le traitement de la cause lorsqu’elle est connue (1 cas sur 2). La région anale doit être constamment propre et sèche (utiliser le sèche-cheveux). La toilette sera faite matin et soir avec un savon adapté au type de peau (savon acide dilué pour les peaux grasses, savon surgras pour les peaux sèches…).
Il est nécessaire d’assécher les lésions suintantes avec de la fluorescéine ou de l’éosine.
L’utilisation prudente de pommades corticoïdes est parfois nécessaire, de même qu’un traitement anxiolytique ou anti-histaminique prescrits alors au cas par cas.

Dernière mise à jour le 15/10/2010

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices